CRES Paca - Comité régional d’éducation pour la santé Provence-Alpes-Côte d’Azur

Accueil > Thématiques de santé >Médicament

Médicament : toutes les actualités

Résultats 1 à 20 sur 52 :   123>>>

Analyser les évènements indésirables associés aux soins pour mieux les éviter

12/02/2021

Plus de 2000 évènements indésirables graves associés aux soins (EIGS) déclarés ont été transmis par les agences régionales de santé et analysés par la Haute Autorité de Santé entre 2017 et 2019. Ces déclarations, en hausse depuis le lancement du dispositif en 2017, témoignent d’une appropriation de la « culture sécurité » portée par la HAS : analyser les évènements en question pour éviter leur survenue et réduire leur gravité.

Surveillance de la consommation d'antibiotiques en Ehpad. Mission SPARES. Données 2018-2019

12/02/2021

Des enquêtes de prévalence de l'utilisation des antibiotiques (ATB) dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ont montré une fréquence élevée de recours aux ATB à large spectre. Dans les structures EHPAD bénéficiant d'une pharmacie à usage intérieur (PUI), la surveillance continue de la consommation d'ATB dispensés, plus aisée à mettre en oeuvre, pourrait apporter une aide à l'amélioration des pratiques.

Santé publique France, 2021, 34 p.

Consommation d'antibiotiques et antibiorésistance en France en 2019

23/11/2020

A l’occasion de la semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens et de la journée européenne d’information sur les antibiotiques, Santé publique France et ses partenaires publient les données 2019 de la consommation et de la résistance aux antibiotiques.

Covid-19 : usage des médicaments de ville en France

15/10/2020

EPI-PHARE publie une mise à jour de son étude sur la dispensation de médicaments remboursés sur ordonnance en pharmacie d’officine depuis le début de l’épidémie en France. Il est à noter que "la vaccination accuse un fort déficit au 13 septembre six mois après le début du confinement : vaccins penta/hexavalents pour nourrissons (-40 000 doses), vaccins anti-HPV (-150 000 doses), vaccin ROR [Rougeole-Oreillons-Rubéole] (-130 000 doses), vaccin antitétanique (-620 000 doses)." (...) "les anxiolytiques et les hypnotiques, ont vu leur consommation et leur instauration accrues de façon persistante pendant et au décours du confinement. Cette augmentation reflète probablement l’impact psychologique important de l’épidémie de Covid-19 et de ses conséquences sociales, professionnelles et économiques. "(...) "Il existe notamment un impact de l’épidémie de Covid-19 plus important chez les 0-19 ans dans le sens d’une baisse de la consommation médicamenteuse plus importante que pour le reste de la population."

Rapport 4 : Point de situation au 13 septembre 2020, EPI-PHARE, Assurance maladie, ANSM, 383 p.

Contribuer à l'évaluation des médicaments

08/04/2020

Associations de patients et d’usagers, la HAS vous invite à vous exprimer sur la façon dont les patients vivent leurs maladies, leurs traitements actuels et également sur les attentes suscitées par le traitement en cours d’évaluation. Vous contribuerez ainsi à éclairer la Commission de la transparence (CT) pour les médicaments, et le cas échéant, la Commission d’évaluation économique et de santé publique (CEESP) si le médicament fait l’objet d’un avis d’efficience.

HAS, 2020-04-08

Pourquoi des personnes âgées ne suivent-elles pas l'avis de leur médecin traitant quand il s'agit d'arrêter un médicament ?

06/12/2019

Minerva a déjà discuté d’une synthèse méthodique qui montrait qu’en cas de polypharmacie chez des personnes âgées, il était possible d’arrêter des médicaments (déprescription) sans augmentation de la mortalité. Des études montrent aussi que la grande majorité des personnes âgées sous polypharmacie sont d’accord d’arrêter des médicaments si leur médecin le leur conseille.

Une récente étude observationnelle menée en Suisse a cherché à savoir pourquoi les personnes âgées ne suivent pas toujours l’avis de leur médecin généraliste quand il s’agit d’arrêter un médicament.

Minerva, 2019-12-02

Polymédication des seniors : les aînés en première ligne

08/04/2019

C’est un problème de santé publique reconnu et bien documenté mais sans avancées majeures depuis de trop nombreuses années. A l’occasion du colloque organisé par le Collectif pour le bon usage du médicament le 22 mars 2019, 66 Millions d’Impatients publie un dossier sur l’excès de consommation de médicaments par les personnes âgées.

France Assos Santé, 2019-04

Campagne de prévention et promotion de la santé 2019

21/12/2018

La campagne 2019 prévention et promotion de la santé s’inscrit dans le schéma régional de santé 2018-2023 et le PRAPS. Elle décline en plan d’actions les parcours identifiés dans le Projet régional de santé. Les porteurs de projets sont invités à répondre aux appels à projets ci-dessous :

  • Parcours "petite enfance, enfants, adolescents, jeunes" (FEPPE, EAJ)
  • Parcours "personnes âgées"
  • Parcours "maladies chroniques" (sport santé)
  • Prévention des personnes relevant d'un accueil dans les PASS
  • Prévention pour les personnes vulnérables en population générale (POPG)
  • Prévention au sein des strcutures d'exercice coordonné (ARIANE)
  • Programme régional d'accès à la prévention et aux soins (PRAPS)

 

La date limite de clôture des appels à projets de la campagne PPS 2019 est le 22 février 2019.

Polymédication des personnes âgées : une équation sans solution ?

14/12/2018

Les personnes âgées qui suivent en continu plusieurs traitements encourent des risques élevés d’accidents. C’est ce qu’on appelle la iatrogénie médicamenteuse. La mise en place récente du « bilan de médication » en pharmacie vise à minimiser ces risques.

60millionsd'impatients, 2018-12-10

L'analyse des réseaux sociaux, source d'informations sur le mésusage de la codéine

30/11/2018

L'analyse des échanges sur les réseaux sociaux apparaît pertinente pour surveiller les risques de mésusage de la codéine, selon une étude de l'Observatoire français des médicaments antalgiques (Ofma), présentée au congrès de la Société française d'étude et de traitement de la douleur (SFETD) qui s'est tenu à Lille du 14 au 16 novembre.

TicPharma, 2018-11-30

Médicaments et grossesse

29/11/2018

L'ANSM a mis à jour son dossier sur médicaments et grossesse avec une brochure sur les bons réflexes et une FAQ sur l'apposition du pictogramme femmes enceintes à destination des titulaires d'autorisation de mise sur le marché des médicaments.

Résultats de l'appel à projets de recherche 2018 de l'ANSM : deux réseaux structurants financés pour améliorer la sécurité des médicaments

16/10/2018

Le service de pharmacologie médicale et clinique du CHU de Toulouse a été choisi pour abriter le centre de coordination national "produits de santé et grossesse" par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

ANSM, 2018-10-03

Rapport sur l'amélioration de l'information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament

03/09/2018

La mission relative à « l’amélioration de l’information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament » a été installée le 1er décembre 2017 à la suite des difficultés rencontrées à l’occasion du changement de formule du Lévothyrox. Celles-ci ont en effet mis en exergue certaines défaillances, observées plus généralement, dans l’information apportée aux patients et aux professionnels de santé sur les médicaments.

Dr Gérald Kierzek et Magali Leo, Ministère des solidarités et de la santé, 2018-09, 96 p.

Actualisation des mesures de réduction du risque lié à l'exposition au mycophénolate au cours de la grossesse

26/06/2018

Le mycophénolate, indiqué pour prévenir un rejet de greffe, est un tératogène majeur chez l’être humain : chez les femmes enceintes exposées, le mycophénolate entraîne 45 à 49 % d’avortements spontanés et 23 à 27 % de malformations congénitales chez les nouveau-nés vivants. L’information réitérée des patientes reste donc essentielle face aux risques encourus afin de pouvoir anticiper le projet de grossesse et modifier le traitement avant la grossesse. Les mesures de prévention de la grossesse ont été renforcées en 2015 et 2016 au niveau européen et national. Cependant, après concertation avec les associations d’usagers et les professionnels de santé, il est apparu nécessaire d’adapter ces mesures de façon à améliorer leur observance et par conséquent leur efficacité. Les évolutions portent sur les recommandations concernant la contraception et sur la périodicité de l’accord de soins qui devient annuelle. L’importance de ne pas interrompre le traitement est également rappelée.

Point d'information, ANSM, 2018-06-19

Etude sur le risque de troubles neuro-développementaux précoces associé à l'exposition in utero à l'acide valproïque et aux autres traitements de l'épilepsie en France

25/06/2018

Un premier comité de pilotage s’est tenu le 22 juin au ministère des Solidarités et de la Santé en présence de toutes les parties prenantes pour faire le point sur les mesures en cours, dont celles concernant la réduction du risque pour les patientes, la prise en charge thérapeutique des femmes et des enfants, les études épidémiologiques et le dispositif de réparation de l’Office national d'indemnisation des accidents médicaux (ONIAM). L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam) ont présenté aujourd’hui les résultats de l’étude sur le risque de troubles neuro-développementaux précoces chez des enfants (avant l’âge de 6 ans) exposés in utero à l’acide valproïque ou aux autres antiépileptiques en monothérapie en France, comparativement aux enfants non exposés.

Interdiction du valproate pendant la grossesse

13/06/2018

Le valproate est un traitement de l’épilepsie et des épisodes maniaques des troubles bipolaires. Le valproate est un tératogène puissant. Il entraîne un taux élevé de malformations (plus de 10 %) et/ou de troubles neuro-développementaux (30 - 40 %) chez les enfants exposés pendant la grossesse. Dès juillet 2017, face à l’utilisation encore trop importante du valproate chez les femmes enceintes ou susceptibles de le devenir, l’ANSM a décidé de le contre-indiquer. Elle a alors saisi l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour étendre cette contre-indication au niveau européen et envisager d’autres mesures. La décision finale de la Commission européenne entérine cette contre-indication ainsi que les mesures de réduction des risques déjà mises en place par l’ANSM et demande la mise en place de mesures additionnelles. Elles seront appliquées à partir de fin juin 2018. Le valproate est interdit pendant la grossesse et ne doit plus être prescrit aux filles, adolescentes et femmes en âge de procréer (sauf circonstances exceptionnelles)

Communiqué - ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, 2018-06-12

Appel à candidature d'experts en vue de travaux sur "Personnes âgées accompagnées par des services à domicile et prise médicamenteuse"

18/05/2018

La Haute Autorité de Santé (HAS) élabore une fiche-repère, destinée aux services d’accompagnements à domicile, qui vise à identifier les actions limitant les risques liés à la consommation médicamenteuse.

Les candidatures doivent être envoyées au plus tard le 7 juin 2018.

HAS, 2018-05-05

Rappel sur le bon usage de l'ibuprofène

11/01/2018

Après la publication d'une étude qui suggère des perturbations de la physiologie testiculaire, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) rappelle le bon usage de l'ibuprofène.

ANSM Point d'Information, 2018-01-10

Attention à la prise soutenue d'ibuprofène chez l'homme

10/01/2018

Une étude récente menée par des chercheurs de l'Inserm montre que la prise soutenue d'ibuprofène induit chez de jeunes hommes sportifs un déséquilibre hormonal habituellement rencontré chez l'homme âgé et appelé « hypogonadisme compensé ». Cette situation résulte des effets négatifs de l'ibuprofène sur la production de testostérone, et sur la production de deux autres hormones testiculaires. Ces résultats sont publiés dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

Inserm, 2018-01-08

Stratégie nationale de santé 2018-2022

21/12/2017

La politique de santé est conduite dans le cadre d'une stratégie nationale de santé définie par le Gouvernement, qui détermine, de manière pluriannuelle, des domaines d'action prioritaires et des objectifs d'amélioration de la santé et de la protection sociale contre la maladie.
Le décret n° 2017-1866 du 29 décembre 2017 a pour objet de définir la stratégie nationale de santé pour la période 2018-2022.

Ministère des solidarités et de la santé, 2017-12, 54 p.

Décret n° 2017-1866 du 29 décembre 2017 portant définition de la stratégie nationale de santé pour la période 2018-2022, JORF n°0305, 2017-12-31


Résultats 1 à 20 sur 52 :   123>>>