CRES Paca - Comité régional d’éducation pour la santé Provence-Alpes-Côte d’Azur

Accueil > Thématiques de santé > Cancers, Vaccination >

Vaccination contre le papillomavirus humain (HPV) : la France est très en retard

En 2020, en Europe, la couverture vaccinale dépassait 50% dans 20 pays et 75% dans 11 pays dont le Portugal, l’Espagne et le Royaume-Uni. En France (en 27ème position), elle ne parvenait qu’à 28%, essentiellement chez des filles, 29% pour une seule dose à 15 ans et 24% pour un schéma vaccinal complet à deux doses à 16 ans. L’année suivante, après l’extension des recommandations aux garçons, la couverture vaccinale française s’élevait à 41% (45,8% pour les filles et 6% pour les garçons), un niveau très éloigné des objectifs fixés par la Stratégie nationale de santé sexuelle et le Plan cancer : 60% chez les adolescentes âgées de 11 à 19 ans en 2023 et 80 % à horizon 2030.

Constatant le faible niveau de couverture vaccinale atteint en France, l'Académie nationale de médecine recommande :

  1. d’établir la confiance vis-à-vis de cette vaccination auprès du public et des professionnels de santé, avec le soutien de l’Institut national du cancer
  2. de rendre systématique l’offre de vaccination en direction des enfants âgés de 11 à 14 ans, et de relancer les adolescents non immunisés pour une vaccination de rattrapage, possible jusqu’à l’âge de 19 ans
  3. de pallier les inégalités socio-économiques par un accès facilité à la vaccination, en particulier dans les lieux fréquentés par les populations les plus défavorisées, avec des conditions permettant l’absence d’avance de frais. Les vaccinations en milieu scolaire ont permis, dans certains pays, d’obtenir des taux de vaccination supérieurs à 70.

Communiqué de presse - 23 juin 2022

Accédez au communiqué de presse