Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez sur ce lien .

N° 82 - 29 avril 2021

Annonce de l'Elysée du 29 avril : étapes des mesure de déconfinement et précisions sur le calendrier vaccinal

Emmanuel Macron s'est exprimé dans la presse quotidienne régionale pour détailler les mesures de déconfinement en France prévue en 4 étapes :

3 mai

Couvre-feu et télétravail maintenus, statu-quo pour les commerces, réouverture des collèges et des lycées (classes en demi-jauge pour les 3ème et 4ème et pour les lycées), fin des restrictions sur les déplacements en journée et de l'interdiction de se rendre dans une autre région.

19 mai

Télétravail maintenu, réouverture des commerces actuellement fermés, des terrasses de bars, cafés et restaurants (avec six personnes au maximum par table), des musées, cinémas, théâtres et établissements sportifs en plein air. Dans ces lieux culturels et sportifs, une jauge de visiteurs devra être respectée : 800 personnes en intérieur, 1 000 en extérieur. Couvre-feu décalé à 21 heures.

9 juin

Assouplissement des règles du télétravail. Les bars, cafés et restaurants pourront également rouvrir en intérieur, de même que les salles de sport.  Couvre-feu décalé à 23 heures.

30 juin

Fin des limites de jauges selon la situation sanitaire locale dans les établissements recevant du public, maintien des gestes barrières et de la distanciation sociale. Les événements culturels et sportifs seront à nouveau autorisés au-delà de la jauge de 1 000 personnes. Mais leur accès pourra être conditionné à la présentation d'un pass sanitaire, qu'Emmanuel Macron envisage pour les "stades, festivals, foires ou expositions", mais exclut pour les restaurants ou les cinémas. Les discothèque demeurent fermées. Fin du  couvre-feu. 

Précisions sur la vaccination

Emmanuel Macron est également revenu sur la  stratégie vaccinale : la  vaccination contre le Covid-19 sera étendue à toutes les personnes de plus de 18 ans qui ont une surcharge pondérale sérieuse, et il "invite les 2,3 millions de Français concernés à se rendre dans les centres de vaccination dès ce week-end". Il rejette l’idée d’étendre dès maintenant la vaccination aux plus jeunes. "On va continuer à prioriser par âge parce que c'est le plus efficace", a-t-il indiqué.  La prochaine étape de la vaccination interviendra à la mi-mai avec l'ouverture à toutes les personnes âgées de plus de 50 ans.

La Provence, 29 avril 2021

Lire l'article et les infographies

Précisions sur la vaccination


Projet de loi de gestion de sortie de crise sanitaire

Présenté par le Premier ministre au Conseil des ministres du 28 avril 2021, le projet de loi instaure un régime transitoire à compter du 2 juin et jusqu’au 31 octobre 2021, qui permettra d’amorcer le rétablissement des règles de droit commun, tout en conservant la faculté de prendre des mesures de prévention adaptées à l’évolution de la situation sanitaire.

Le projet de loi s'appuie sur une étude d'impact par les services du Premier ministre, un avis du Conseil scientifique et a fait l'objet d'un avis du Conseil d'état. Il sera étudié par l'Assemblée nationale à partir du 10 mai 2021.

Gouvernement, 28 avril 2021

Compte rendu du Conseil des ministres du 28 avril 2021

Etude d'impact du 27 avril 2021

Avis du Conseil d'état, séance du 21 avril 2021

Remarques du Conseil scientifique du 22 avril 2021


Cohorte ESPERES : professionnels des établissements de santé, participez !

L'AP-HP lance une première étude dans le cadre de la cohorte Espères dédiée aux personnels des établissements de santé. L'étude Espères-Vaccin-Covid porte sur la vaccination anti-Covid dans cette population et de façon plus générale sur la crise sanitaire. Près de 900 professionnels de l’AP-HP sont d'ores et déjà inscrits, et l'étude a vocation à inclure des professionnels d’autres établissements partenaires.

AP-HP, 2021-04-27

Pour en savoir plus


Les 15 projets du Hackaton sont...

Les 22 et 23 avril derniers, 160 experts en données issus de la société civile se sont mobilisés avec le Hackaton Covid pour faire émerger 15 projets d'outils et solutions proposés à la population dans le cadre de l'épidémie de Covid-19.

Découvrir les projets


La vaccination anti-covid : point d'actualité

Adaptation des recommandations pour les personnes ayant un schéma vaccinal complet

Dans une position de prudence, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a pris en compte la situation épidémiologique nationale actuelle défavorable, la saturation hospitalière, l’impossibilité d’évaluer le risque pour les personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet de contaminer d’autres personnes, l’incertitude relative à l’impact de la transmission notamment des variants d’intérêt et la faible couverture vaccinale actuelle en France.

Dans une position d’espoir de contrôle de la pandémie, le HCSP a pris en compte l’efficacité des vaccins actuellement disponibles sur les formes graves de Covid-19, l’efficacité des mesures barrières sur la transmission du SARS-CoV-2, l’intensification de la campagne vaccinale devant permettre la reprise progressive d’une vie sociale et économique dans la seconde partie de l’année 2021.


Ainsi, d’une manière générale, le HCSP recommande de :

  • poursuivre l’application des mesures barrières en cette période, même en étant vacciné ;
  • promouvoir et faciliter l’accès à la vaccination de toutes les personnes ;
  • engager des campagnes de communication pédagogique à destination des citoyens vaccinés pour leur expliquer l’importance des mesures barrières, même en étant vaccinés ;
  • utiliser des relais de communication au plus près des personnes dans tous les milieux sociaux ;
  • évaluer l’impact psycho-social, socio-économique et sanitaire de l’application prolongée des mesures barrières dans toutes les tranches d’âge et les milieux sociaux ;
  • promouvoir des études de suivis cliniques et microbiologiques des personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal pour évaluer le risque individuel d’infection par exposition à des personnes infectées ainsi que le risque de transmission en tenant compte des différents variants d’intérêt ;
  • promouvoir la réalisation de travaux de modélisation permettant d’évaluer le risque de transmission en fonction de la levée de telle ou telle mesure barrière ;
  • réévaluer les conduites à tenir en fonction de l’évolution épidémiologique du Covid-19, notamment la proportion de variants préoccupants.

Pour les  personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet , le HCSP recommande de :

  • poursuivre l’inclusion des personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet dans la politique de « contact tracing » ;
  • considérer que les personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet restent définies comme des contacts à risque, même si ce risque est probablement diminué.

Le HCSP recommande que :

Dans un cadre privé familial ou amical en milieu intérieur fermé :

    • toutes les personnes réunies puissent ne pas porter de masque  si elles ont toutes bénéficié d’un schéma vaccinal complet et à condition de respecter les autres mesures barrières  : hygiène des mains, distance interindividuelle, aération et limitation à 6 du nombre de personnes. Cette recommandation ne s’applique pas, dès lors que l’un des membres présente un facteur de risque de formes graves (âge, comorbidité).
    • Toutes les personnes réunies continuent de respecter l’ensemble des mesures barrières y compris le port de masque lorsque l’une d’elles n’a pas bénéficié d’un protocole de vaccination complet.

Dans un cadre collectif en population générale (collectivités et milieux extérieurs ouverts), de :

    • continuer à respecter l’application des mesures barrières dont le port de masque et de limitation des déplacements en accord avec l’évolution des décisions nationales en fonction de l’avancée de la couverture vaccinale ;
    • ne pas participer ni organiser des regroupements de personnes au-delà de ce qui est réglementairement autorisé.

 HCSP, 2021-04-11, 54 p.  [En ligne le 25 avril 2021]

Moins de réponses à la première dose de vaccin contre le Covid-19 chez les patients cancéreux

Selon cette étude,  les patients souffrant de cancer répondent beaucoup moins bien que les personnes non cancéreuses à la première dose de vaccin Comirnaty (Pfizer/BioNTech) contre le Covid-19. Il faudrait donc leur  administrer la seconde dose de vaccin à 3 semaines d'intervalle pour les protéger.

MONIN Leticia, LAING Adam G Laing, MUNOZ-RUIZ Miguel Muñoz-Ruiz (et al.), Safety and immunogenicity of one versus two doses of the COVID-19 vaccine BNT162b2 for patients with cancer: interim analysis of a prospective observational study, The Lancet Oncology, 2021-04-27

Les vaccins Covid sont efficaces à 90% en vie réelle

Cette étude écossaise confirme que la vaccination Cominarty (Pfizer/BioNTech) a permis de diminuer les hospitalisations de 91% durant la période de 28-34 jours après l'injection de la première dose. Ce chiffre est de 88% pour le  vaccin Vaxzevria (AstraZeneca).

VASILEIOU E., SIMPSON C.R., ROBERTSON C. (et al.), Interim findings from first-dose mass COVID-19 vaccination roll-out and COVID-19 hospital admissions in Scotland: a national prospective cohort study,  The Lancet, 2021-04-23

Une dose de vaccin peut réduire de moitié la transmission du virus au sein des foyers

Public health England a communiqué les résultats d’une étude, en prépublication, montrant qu’une dose de vaccin Pfizzer ou Moderna réduirait de près de 50% la transmission du Sars-Cov-2 au sein d’un foyer.

Public health England, 2021-04-28

Impact of vaccination on household transmission of SARS-COV-2 in England

Vaccination Covid-19 : des outils pour s’informer et mieux déclarer les effets indésirables

Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, l’ANSM met à disposition des professionnels de santé et des personnes vaccinées des outils pratiques permettant à chacun de mieux connaître les vaccins utilisés pour lutter contre l’épidémie et leurs effets éventuels.

Pour permettre une diffusion la plus large possible de ces informations, deux affiches sont en cours de distribution à l’ensemble des centres de vaccination : une affiche à l’attention des vaccinateurs et une affiche à l’attention des personnes vaccinées.

ANSM, 2021-04-29

Pour en savoir plus

Recommandations de prévention contre les contrefaçons de vaccins

Le Conseil de l’Europe adresse aux gouvernements de nouvelles recommandations sur la contrefaçon des vaccins contre la Covid-19. Dans un avis, le Comité MEDICRIME énonce 13 mesures à prendre pour prévenir et combattre la circulation de vaccins contrefaits sur le marché.

Conseil de l’Europe, 27 avril 2021

Lire le communiqué

Avis sur l’application de la convention MEDICRIME dans le contexte de la contrefaçon de vaccins contre la Covid-19, Comité MEDICRIME, 2021-04-27

Les communiqués officiels

Populations en situation de précarité et Covid-19 : améliorer la prévention et les actions grâce au partage de connaissances

Dans le cadre de son programme sur les inégalités sociales de santé, et de son axe « populations vulnérables » initié en septembre 2020, Santé publique France publie les premiers résultats et perspectives d’une démarche de partage de connaissances entre chercheurs, acteurs de terrain et décideurs dans le but d’améliorer la prévention et les actions déployées auprès de ces populations.

Vandentorren Stephanie, Laporte Anne, Delmas Gilles (et al.), Santé publique France, 2021-04, 12 p.

Annexe 2 : évaluation de la première séance de la "mobilisation des connaissances sur la Covid-19 chez les personnes en situation de grande précarité,  Santé publique France, 2021-04, 6 p.

Communiqué de presse - 28 avril 2021


Covid-19 : la HAS lève la limite d'âge pour l'utilisation des tests antigéniques sur prélèvement nasal

Moins invasifs que sur prélèvement nasopharyngé, les tests antigéniques sur prélèvement nasal ont l’avantage d’allier rapidité de résultat et possible utilisation de manière répétée chez un plus large public. La HAS a mené en mars dernier une première analyse des études scientifiques sur ces tests, permettant leur utilisation chez les plus de 15 ans. Elle complète aujourd’hui ces travaux en s’appuyant sur une méta-analyse et conclut, à la lumière des récents travaux de modélisation, que ces tests peuvent également être un outil de dépistage chez les moins de 15 ans. Réalisables en tests de diagnostic rapide (TDR), tests rapides d'orientation diagnostique (TROD) ou autotests, les tests antigéniques sur prélèvement nasal apparaissent pertinents pour briser des chaines de contamination, notamment en milieu scolaire.

Communiqué de presse, 26 avril 2021

Lire le communiqué


La HAS favorable à la prescription de la PrEP en ville pendant l'urgence sanitaire

La première prescription de la prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP) était jusqu’à présent effectuée uniquement par un médecin expérimenté au sein des hôpitaux, ou des Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD). La crise sanitaire et ses conséquences constituant un frein aux consultations dans ces lieux, la Haute autorité de santé (HAS) recommande aujourd’hui la possibilité de primo-prescription et de suivi des patients ayant recours à la PrEP par tout médecin, notamment en ville. Elle publie des Réponses rapides afin d’accompagner les médecins de ville dans cette démarche .

Communiqué de presse, 28 avril 2021 

Lire le communiqué


Evolution de l'épidémie de Covid-19 : modélisation en fonction de la levée des mesures de freinage

Des chercheurs de l'Institut Pasteur ont modélisé des scénarios décrivant l’évolution possible de l’épidémie jusqu’à l’été, en considérant différentes hypothèses sur l’impact des mesures actuelles de freinage, le rythme de levée des mesures de contrôle et de la vaccination. Ces projections prennent en compte l’augmentation de la transmissibilité et du risque d’hospitalisation liée au variant B.1.1.7 (variant dit « anglais ») ainsi que l’effet du climat sur la transmission. Les chercheurs ont défini un scénario réaliste de levée partielle des mesures de contrôle dans un contexte estival en s'appuyant sur ce qui a été observé durant l’été 2020.

Communiqué de presse, 27 avril 2021

Lire le communiqué


La Covid 19 a ses escrocs : attention aux vaccins proposés sur internet !

L'Académie de médecine alerte sur la circulation de faux vaccins dans les pays du Sud " ils sont importés illégalement, distribués et administrés dans des circuits parallèles (cliniques privées, centres de "médecine naturelle", entreprises…), dans les pays du Nord, ils sont vendus sur internet, en particulier par la face cachée du réseau (darkweb), jusqu’à 1000 dollars US chaque dose."

Communiqué de presse, 27 avril 2021

Lire le communiqué

Les derniers chiffres de l'épidémie

Covid-19 : point épidémiologique du 29 avril 2021

Points clés

En semaine 16, diminution modérée des indicateurs épidémiologiques, restant à des niveaux encore élevés, avec une persistance de la tension hospitalière.

  • Diminution du taux d’incidence et du taux de dépistage pour la seconde semaine consécutive, mais moindre qu’en semaine 15
  • Diminution limitée des nouvelles hospitalisations, stabilisation des admissions en soins critiques
  • Impact bénéfique des mesures de restrictions sur l’évolution des indicateurs de surveillance
  • Mortalité liée à la COVID-19 toujours élevée
  • Métropole : régions Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Hauts-de-France les plus touchées
  • Outre-mer : augmentation des indicateurs épidémiologiques en Guyane et à La Réunion

Variants

  • Proportions de suspicions de variants préoccupants (VOC) par RT-PCR de criblage :
    • suspicions de variant 20I/501Y.V1 majoritaires et stables en métropole à 82,7%
    • suspicions de variant 20H/501Y.V2 ou 20J/501Y.V3 à 5,0%, avec des hétérogénéités au niveau départemental

Prévention

  • Vaccination :
    • 14 601 130 personnes ayant reçu au moins une dose, couverture vaccinale de 21,8%
    • 6 115 998 personnes complétement vaccinées, couverture vaccinale de 9,1%
  • Importance de l’adoption systématique des mesures barrières et de la limitation des contacts et des déplacements
  • En cas de symptômes, nécessité d’un isolement immédiat et réalisation d’un test dans les plus brefs délais

Bulletin épidémiologique hebdomadaire n° 61, Santé publique France, 2021-04-29

Pour en savoir plus


Chiffres en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Points-clés de la semaine en cours :

  • En semaine 16, le taux de positivité est plus bas en région Paca (9,2 %) qu’au niveau national (9,9 %). Le taux d’incidence est par contre supérieur (343 vs 300 pour 100 000 habitants), en partie dû au taux de dépistage qui reste plus élevé qu’au niveau national (3 724 vs 3 275 pour 100 000 habitants).
  • La baisse du taux de dépistage observée depuis plusieurs semaines se poursuit, entrainant une baisse du taux d’incidence alors que le taux de  positivité est stable.
  • Au niveau départemental, il n’y a pas d’évolution notable de la situation épidémiologique. La circulation virale semble plus élevée dans le Vaucluse  et les Bouches-du-Rhône (taux de positivité supérieur à 10 %). Les Alpes-Maritimes continuent  de se démarquer avec un taux de positivité inférieur à 5 % et un taux d’incidence tous âges inférieur à 200 pour 100 000 habitants. La circulation  du virus reste importante dans les départements  alpins et le Var.
  • Le taux de positivité par classe d’âge le plus élevé est retrouvé chez les moins de 20 ans. Les  niveaux de circulation virale par classe d’âge  évoluent peu.
  • La part des variants d’intérêt est stable comparé à la S15. Le variant 20I/501Y.V1 (UK) est très  largement majoritaire. Les variants 20H/501Y.V2 (ZA) ou 20J/501Y.V3 (BR) restent encore très  minoritaires.
  • La file active des patients en soins critiques (réanimation/soins intensifs/soins continus) est  en légère baisse par rapport à la S15 mais reste  à un niveau très élevé. C’est aussi le cas de la  file active des patients en hospitalisation conventionnelle. 
  • L’impact sur les ESMS reste faible. 
  • Le nombre de décès liés au Covid est toujours  important à l’hôpital. Il se maintient à un niveau  bas dans le secteur médico-social. 
  • Près de 24 % de la population de Paca a reçu une première dose de vaccin et 10 % sont complètement vaccinés.

Veille-Hebdo, 2021-16 du 28 avril 2021

Lire la publication

Les publications

Un test PCR positif après avoir été vacciné, vraiment ?

Le cas de personnes obtenant un résultat positif à un test PCR quelques jours après avoir été vaccinées a fait le tour des réseaux sociaux. Certains y voient une preuve que les vaccins disponibles pour lutter contre la Covid-19 ne sont pas efficaces. Canal Détox fait le point. 

Inserm, 2021-04-27

Pour en savoir plus


Variant indien B.1.617

Variant indien B.1.617 : renforcement du dépistage et des mesures aux frontières

Un nouveau variant du SARS-CoV-2 a été détecté en Inde où la situation sanitaire est très dégradée. Ce nouveau variant B.1.617, porteur des mutations E484Q et L452R, est classé comme VOI (« variant of interest »). Apparu en Inde en décembre 2020, ce variant a été détecté dans plusieurs autres pays dont récemment dans des pays européens (Belgique notamment). Il apparaît nécessaire, en complément des mesures aux frontières mises en oeuvre dès samedi 24 avril 2021 pour tous les vols en provenance de l’Inde et rappelées ci-après, de prendre toutes les mesures visant à détecter une éventuelle circulation de ce variant en France.

DGS-Urgent n° 2021-48, 2021-04-26

Situation épidémiologique en Inde : le variant B.1.617 

Dans cette note, le Conseil scientifique souhaite alerter les autorités sanitaires sur les trois points suivants :

  • Situation sanitaire critique dans certaines régions de l’Inde ;
  • Le variant B.1.617 dit « indien » ;
  • Crainte d’une reprise de l’épidémie dans un nombre limité de pays d’Asie du Sud-Est.

Note d’éclairage du Conseil scientifique Covid-19, 2021-04-23, 9 p.


Place de l'oxymètre de pouls dans le suivi des patients Covid-19 en ambulatoire

Suite à la réponse rapide publiée le 13 avril 2021 sur son site par la Haute Autorité de Santé, le ministère des Solidarités et de la Santé souhaite informer tous les professionnels prenant en charge les patients positifs à la Covid-19 de la nécessaire vigilance vis-à-vis de l’atteinte respiratoire que requiert la prise en charge initiale ambulatoire de ces patients. L’état de santé de certains est en effet susceptible de se dégrader rapidement du fait d’une atteinte parfois silencieuse de leur fonction respiratoire. Pour la surveillance de ceux-ci, la prescription d’un oxymètre de pouls peut être utile pour prévenir une aggravation ou éviter une hospitalisation en urgence. Ses modalités sont définies par arrêté en date du 23 avril 2021 .

DGS-Urgent n° 2021-47, 2021-04-26

Pour en savoir plus


Avis du HCSP sur les donneurs de sang, de cellules, tissus et organes

Sélection des donneurs de cellules, tissus et organes, suite à l’apparition de nouveaux variants du SARS-CoV-2

Le HCSP actualise son avis du 9 mars 2021 sur les délais de sécurisation des dons d’organes tissus, et cellules (OTC) dans le contexte de pandémie de Covid-19, en prenant en compte l’apparition sur le territoire national de variants à suivre du SARS-CoV-2 (VOI pour variant of interest).

Une attention particulière est consacrée au variant 20C/H655Y dit « Breton » qui semble difficile à détecter dans les prélèvements des voies aériennes supérieures par RT-PCR, alors que le variant 19B/501Y dit « Mondor » ne pose pas de problème pratique de reconnaissance par les tests habituels.

HCSP, 2021-04-15, 10 p. [En ligne le 24 avril 2021 ]

Sélection des donneurs de sang dans le contexte de pandémie de Covid-19

A la lumière des dernières recommandations européennes et internationales, et après prise en compte d’un bilan bénéfice-risque très en faveur d’une réduction du délai d’ajournement des dons de sang, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) préconise de ramener de 28 à 14 jours le délai de report des prélèvements de sang issus de donneurs ayant présenté une infection confirmée à virus SARS-CoV-2 après résolution des symptômes OU ayant été en contact avec un sujet infecté par cet agent.

HCSP, 2021-04-15, 10 p. [En ligne le 25 avril 2021 ]


Obésité et Covid-19

Cette étude apporte des précisions sur l'obésité, facteur de risque de Covid-19 : les patients en surpoids ou obèses sont plus susceptibles de développer une infection plus grave que les patients non obèses ou sans surpoids, ils sont plus souvent hospitalisés, ils ont plus souvent besoin d'oxygène et d'une ventilation mécanique invasive ;  mais une fois hospitalisés, leur risque de décès est finalement similaire à celui des autres patients, il est accru lorsqu'il existe des comorbidités.

LONGMORE Danielle K., MILLER Jessica E., BEKKERING Siroon (et al.), Diabetes and Overweight/Obesity Are Independent, Nonadditive Risk Factors for In-Hospital Severity of COVID-19: An International, Multicenter Retrospective Meta-analysis Diabetes Care April, vol. 44 n° 4, 2021-04

Pour en savoir plus

CRES Provence-Alpes-Côte d'Azur

178, Cours Lieutaud - 13006 Marseille
Tél. 04 91 36 56 95

cres-paca@cres-paca.org - www.cres-paca.org

Conception : Zeina Mansour, Nathalie Cornec, Gaëlle Lhours, Stéphanie Marchais, Lisbeth Fleur

Consulter notre politique de confidentialité
Cet e-mail a été envoyé à [[EMAIL_TO]], cliquez ici pour vous désinscrire.