Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez sur ce lien .

n° 32 - 5 juillet 2018

Santé reproductive et perturbateurs endocriniens

Santé publique France propose dans ce dossier différents travaux sur les perturbateurs endocriniens (PE) et la santé reproductive issus d’initiatives lancées ces dernières années et qui ont été supportés par divers plans gouvernementaux ou régionaux. Ils illustrent la difficulté d’établir sur de seuls critères toxicologiques les pathologies provoquées par une exposition à des PE ; la possibilité, pour certaines pathologies supposées liées à une exposition à des PE, de produire des données d’incidence qui sont autant d’éléments probants permettant de mieux définir l’impact sanitaire de ces molécules ; l’intérêt de combiner l’ensemble des données disponibles pour construire des éléments utiles à l’action, et ce en dépit des incertitudes nombreuses qui existent sur la question de l’impact des PE.

Au sommaire :

  • Impact sanitaire des perturbateurs endocriniens : intégrer les connaissances en vue d’agir pour réduire l’exposition humaine
  • Analyse combinée des quatre indicateurs du syndrome de dysgénésie testiculaire en France, dans le contexte de l’exposition aux perturbateurs endocriniens : cryptorchidies, hypospadias, cancer du testicule et qualité du sperme
  • L’incidence de la puberté précoce centrale idiopathique en France révèle une hétérogénéité géographique importante
  • Évaluation de l’impact sur la santé reproductive masculine et des coûts associés de deux phtalates : le DEHP et le DiNP
  • Chlordécone : un perturbateur endocrinien emblématique affectant les Antilles françaises
  • Le centre Artemis, plateforme d’évaluation et de prévention de la santé environnementale dédiée à la reproduction, Bordeaux. Bilan de la première année d’activité 2016-2017

Joëlle Le Moal, Hélène Therre & Mounia El Yamani, Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n°22-23, 2018-07-03, pp. 449-492

Consultez le BEH


Etude sur le risque de troubles neuro-développementaux précoces associé à l'exposition in utero à l'acide valproïque et aux autres traitements de l'épilepsie en France

Un premier comité de pilotage s’est tenu le 22 juin au ministère des Solidarités et de la Santé en présence de toutes les parties prenantes pour faire le point sur les mesures en cours, dont celles concernant la réduction du risque pour les patientes, la prise en charge thérapeutique des femmes et des enfants, les études épidémiologiques et le dispositif de réparation de l’Office national d'indemnisation des accidents médicaux (ONIAM). L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam) ont présenté aujourd’hui les résultats de l’étude sur le risque de troubles neuro-développementaux précoces chez des enfants (avant l’âge de 6 ans) exposés in utero à l’acide valproïque ou aux autres antiépileptiques en monothérapie en France, comparativement aux enfants non exposés.

Accédez au communiqué


WECF France a réalisé une enquête périnatalité et santé

Dans le cadre d'un projet de la Fondation Santé Environnement de la Mutuelle Familiale, WECF France a réalisé une étude sur la santé environnementale dans la périnatalité (pré-conception aux 6 ans de l’enfant). Les résultats de cette enquête ont révélé des démarches encourageantes engagées sur le terrain et des professionnels de la périnatalité motivés mais insuffisamment formés.

http://www.projetnesting.fr/WECF-France-et-le-reseau-Artemis.html?var_mode=calcul


La mortalité infantile est stable depuis dix ans après des décennies de baisse

En 2016, 2 900 enfants de moins d'un an sont décédés en France, soit 3,7 décès pour 1 000 naissances vivantes. Ce taux a baissé très fortement tout au long du vingtième siècle et est resté stable depuis 2005.

Insee Focus, n° 117, 2018-06-25

Accédez au site


Actualisation des mesures de réduction du risque lié à l'exposition au mycophénolate au cours de la grossesse

Le mycophénolate, indiqué pour prévenir un rejet de greffe, est un tératogène majeur chez l’être humain : chez les femmes enceintes exposées, le mycophénolate entraîne 45 à 49 % d’avortements spontanés et 23 à 27 % de malformations congénitales chez les nouveau-nés vivants. L’information réitérée des patientes reste donc essentielle face aux risques encourus afin de pouvoir anticiper le projet de grossesse et modifier le traitement avant la grossesse. Les mesures de prévention de la grossesse ont été renforcées en 2015 et 2016 au niveau européen et national. Cependant, après concertation avec les associations d’usagers et les professionnels de santé, il est apparu nécessaire d’adapter ces mesures de façon à améliorer leur observance et par conséquent leur efficacité. Les évolutions portent sur les recommandations concernant la contraception et sur la périodicité de l’accord de soins qui devient annuelle. L’importance de ne pas interrompre le traitement est également rappelée.

Point d'information, ANSM, 2018-06-19

Voir les nouvelles recommandations


Les grands-parents : un mode de garde régulier ou occasionnel pour deux tiers des jeunes enfants

Le recours aux grands-parents comme solution de garde et d’accueil des jeunes enfants répond à des logiques très spécifiques. Les grands-parents sont rarement le premier mode de prise en charge des enfants de moins de 6 ans : seuls 2 % sont gardés principalement de cette manière. Pourtant, l’intervention des grands-parents est loin d’être anecdotique : environ deux tiers des enfants de moins de 6 ans sont gardés au moins occasionnellement par eux. Les formes d’aide apportée par les grands-parents viennent plutôt compléter les modes d’accueil existants. Les interventions des grands-parents concernent davantage d’enfants en semaine que les week-ends, mais pour des temps plus courts. Le mercredi fait exception : une forte proportion d’enfants sont gardés pour des durées relativement longues. La garde des petits-enfants par leurs grands-parents peut prendre différentes formes qui se combinent entre elles : elle peut avoir lieu dans le cadre d’une organisation régulière, en dépannage, ou pour les vacances et les week-ends. La faible distance entre les logements des grands-parents et des petits-enfants ainsi que l’activité des mères sont les facteurs qui augmentent le plus la probabilité de recourir aux grands-parents dans une organisation régulière.

Études et résultats n° 1070, 2018-06, 6 p.

Accédez à l'article


Actes sexistes durant le suivi gynécologique et obstétrical : reconnaître et mettre fin à des violences longtemps ignorées

Le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes a remis, le vendredi 29 juin 2018, son rapport « Les actes sexistes durant le suivi gynécologique et obstétrical : des remarques aux violences, la nécessité de reconnaitre, prévenir et condamner le sexisme », à Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes. Pour faire du suivi gynécologique et obstétrical des femmes un parcours qui n’entrave ni leurs droits, ni leur autonomie, le Haut Conseil à l’Egalité formule 26 recommandations, articulées autour de 3 axes :

  • reconnaître les faits, c’est-à-dire l’existence et l’ampleur des actes sexistes dans le suivi gynécologique et obstétrical ;
  • prévenir les actes sexistes, via la formation des professionnel.le.s de santé, l’inscription de l’interdiction des actes sexistes dans le code de déontologie médicale, et la mise en oeuvre des recommandations de bonnes pratiques existantes ;
  • faciliter les procédures de signalement et condamner sans détour les pratiques sanctionnées par la loi, via l’information des femmes sur leurs droits, l’implication des ordres professionnels et la formation des personnels en contact avec les femmes.

Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes, 2018-06-29, 164 p.

Accédez au document

Parentalité

Soutien à la parentalité : la stratégie est en ligne

La stratégie nationale de soutien à la parentalité est mise en ligne avec un rapport complet. Cette stratégie est structurée autour d’objectifs communs et de bonnes pratiques ; elle vise à accompagner les parents à chaque âge de la vie de leurs enfants, à développer les possibilités de relais parental, à améliorer les relations entre les familles et l’école, à accompagner les conflits pour faciliter la préservation des liens familiaux , à favoriser le soutien par les pairs et à améliorer l’information des familles quant aux ressources et services qui leur sont proposés. La mise en oeuvre de la stratégie nationale de soutien à la parentalité reposera au niveau national sur un comité de pilotage partenarial , et au niveau local sur les comités départementaux des services aux familles.

Accédez au document


Mode de garde et symptômes de troubles du comportement chez les enfants

Après avoir montré que les parents socio-économiquement défavorisés utilisaient surtout des modes de garde informels (parents, grands-parents, voisins), cet article étudie le risque de survenue des symptômes de troubles du comportement chez les enfants en fonction de leur mode de garde.

SoEpidemio, 2018-06-25

Lire l'article


Surexposition des tout-petits aux écrans

À l’occasion de la parution de son nouvel outil ludique de médiation Educ'Ecrans, la Fnepe a proposé à deux spécialistes, Daniel Marcelli et Serge Tisseron, d’échanger sur les effets de la surexposition des tout-petits aux écrans.

Fédération Nationale des Écoles des Parents et des Éducateurs, 2018-06-04

Acccédez au site


La parentalité aujourd'hui fragilisée

Dans ce nouveau texte, Gérard Neyrand analyse la parentalité fragilisée tant aux plans social et économique qu’en amont, sur le versant du couple conjugal.

Yapaka, 2018-05, 59 p.

Accédez au texte

Contraception

IVG médicamenteuse : les protocoles à respecter

Les femmes qui souhaitent une interruption volontaire de grossesse (IVG) doivent recevoir une information détaillée afin de pouvoir choisir entre une méthode d'IVG médicamenteuse ou chirurgicale. Lorsqu'une IVG médicamenteuse est choisie, elle repose sur l'association d'une antiprogestérone et d'une prostaglandine selon un protocole précis, dont le respect conditionne l'efficacité. La HAS a adopté une fiche de bonne usage sur l'IVG médicamenteuse.

HAS, 2018-06

Lire l'article

Agenda

Rencontres SOLIPAM 2018

22 novembre 2018

Paris

Au programme des 9èmes Rencontres de Solidarité Paris Maman :

Matinée : « La précarité : un facteur de risque de psycho trauma en périnatalité »

Après-midi : « Impacts des modalités d'hébergement sur la santé des femmes et des enfants »

Le réseau SOLIPAM regroupe les professionnels médicaux et sociaux d’Ile de France confrontés aux risques sanitaires encourus par la mère et l’enfant en situation de grande précarité faute de prise en charge coordonnée et adaptée aux besoins (danger somatique, psychique et relation mère enfant pouvant être gravement perturbée avec des conséquences souvent irréversibles).

Consultez l'annonce


22èmes Journées scientifiques du réseau sécurité naissance

22 - 23 novembre

La Baule

Organisées par le Réseau des maternités et des professionnels de la périnatalité de la région Pays de la Loire.

Voir le programme


16èmes journées d'automne de pédiatrie ambulatoire - Un enfant nous est né ... mais

30 novembre - 1er décembre

Colmar

Le thème du  congrès est : Comment accompagner au mieux les enfants ayant pris un mauvais départ dans la vie ?

Voir le programme


Nouveaux ordres et désordres dans la sexualité, la conjugalité, la parentalité. Que peut la prévention ?

30 novembre - 1er décembre

Paris

44ème colloque du Syndicat national des médecins de protection maternelle et infantile (SNMPMI)

Voir le programme

CRES Paca

178, Cours Lieutaud - 13006 Marseille
Tél. 04 91 36 56 95

cres-paca@cres-paca.org - www.cres-paca.org

Accueil documentaire de 13 à 17h