Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez sur ce lien .

N° 31 - Juin 2021 - Santé mentale et santé environnementale

La qualité de vie est selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) : "la perception qu'a un individu de sa place dans l'existence, dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lequel il vit et en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes." Elle peut également être abordée de manière partielle en s'intéressant à la qualité de l'environnement des individus, à leur santé mentale et à leurs conditions de travail (*). Ce numéro a fait le choix de se focaliser sur quelques-unes des facettes des liens entre santé environnementale et santé mentale. Le prochain numéro concernera les aspects plus positifs, comme les bienfaits de la nature en ville sur la santé mentale.
La qualité de vie, c’est aussi son cadre et l’environnement le plus intime : le logement. Le syndrome de Diogène est associé à la syllogomanie, inscrite dans la version 5 du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux . Quelle en est la définition ? Quels sont ses symptômes et ses éléments déclencheurs ? Comment y remédier et sensibiliser les professionnels souvent démunis face à ce phénomène ? C’est l’objet de l’action présentée ici par les Compagnons Bâtisseurs financée par l’ARS. 
La santé mentale peut aussi basculer lors de catastrophes naturelles ou industrielles qui touchent là aussi de façon dramatique les habitants d’un territoire dans leur environnement immédiat. Des professionnels se mobilisent alors pour prendre en charge les victimes et leur permettre de reprendre au mieux le fil de leur vie. C’est le sens du travail des cellules d'urgence médico-psychologique (CUMP) dont témoignent ici le Dr Marion Dubois et l'équipe de la CUMP13.
Enfin, l’éco anxiété et la solastalgie font partie de préoccupations émergentes liées notamment aux effets du changement climatique. De quoi s’agit-il ? Pour y voir plus clair un point vous sera proposé.

Arnaud Gautier, Anne-Colline Goubert, Baromètre santé. Premiers résultats 2000. Enquête auprès des 12-75 ans. Qualité de vie, santé mentale et environnement. - Vanves : CFES, 2000, 4 p.

Sur le fil - Une action

Les Compagnons Bâtisseurs Provence : accompagner les professionnels confrontés au syndrome de Diogène

Le syndrome de Diogène est un trouble comportemental qui cristallise de nombreuses questions autour de la santé et de la sécurité des personnes qui le présentent et de leur entourage (famille proche, voisins). La multiplicité des lectures scientifiques, souvent contradictoires, viennent jeter un flou sur le repérage de ces situations et leur prise en charge.  

Le DSM 5 (Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux) établit qu’il s’agit d’un trouble qui se définit par un ensemble de critères :  

  • difficultés persistantes à jeter ou à se séparer de certains objets, indépendamment de leur valeur réelle,
  • détresse associée au fait de s’en séparer,
  • altération de fonctionnement dans les domaines social ou professionnel, 
  • déni de la réalité. 

Jean-Claude Montfort, neuro-psycho-gériatre, spécialiste mondial du syndrome de Diogène, identifie quant à lui le syndrome de Diogène à partir de la présence d’un critère principal (l’absence de demande d’aide) et d’un ou plusieurs critères complémentaires (liés au rapport à l’objet, au corps ou encore aux autres). 

Pour autant, sur le terrain, les situations sont souvent bien plus complexes. Par exemple, certains habitants se définissent comme présentant le syndrome de Diogène et demandent de l’aide. Il n’y a pas à proprement parler déni de la réalité. C’est dans ce cadre que l’association Compagnons Bâtisseurs Provence a créé un projet pour soutenir les professionnels en lien avec ce public. 

Depuis 2019, dans le cadre du PRSE et d’un financement ARS PACA et DREAL, l’association forme en région les professionnels au repérage de ces situations et aux postures et techniques à adopter pour communiquer avec les habitants. Cette formation aborde les axes suivants : démystifier le syndrome de diogène, faciliter le repérage de ces situations, les postures et techniques à adopter pour communiquer et travailler avec les habitants et les échanges autour de situations pratiques et des expériences des participants.

Pour compléter ces formations, une hot line téléphonique a été mise en place pour répondre aux questions des professionnels formés. Elle  permet de joindre un professionnel de l'équipe attachée à ce projet et d'échanger sur les situations rencontrées, les difficultés d'accompagnement.  Enfin, elle accompagne, aux côtés de professionnels (ARS, Mairies, SCHS, travailleurs sociaux, infirmiers, psychologues, curateurs, mandataires de justice, …) les situations d’habitat les plus complexes au domicile des habitants en veillant à l’existence d’une coordination des interventions de chacun. 

Le fondement de l’accompagnement des personnes présentant le syndrome de Diogène reste l’adhésion de l’habitant, l’objectif étant de remplacer une habitude comportementale compulsive par une autre habitude facilitant ainsi un maintien dans les lieux sans danger pour la santé et la sécurité des habitants et de leurs proches.

Pour contacter la hotline :

  • Pour les professionnels du 13 (hors Marseille) et du 83 :  Anne - Claire   BEL  06 74 71 77 45
  • Pour les professionnels du 84: Catherine PETIT  06 77 23 02 99
  • Pour les professionnels du 06: Renaud DAUXY  06 98 76 65 15
  • Pour les professionnels du 04 et 05: Sophie MAYEN  06 08 03 80 74 

 

Contact : Anne-Claire BEL, Directrice régionale Région Sud-PACA - 04 91 50 03 83  - Siège : Compagnons Bâtisseurs Provence  7, rue Édouard Pons 13006 Marseille 

Site des Compagnons Bâtisseurs Provence

Pour en savoir plus

Travailler sur l'habitat avec les personnes atteintes du syndrome de Diogène, Priorités santé, n° 60, 2021-05


L'équipe Diogène Incurie (EDI - CMSMH) : accompagner les personnes en difficulté face aux situations d'incurie sévère dans le logement ou présentant des syndromes de Diogène

La problématique de l’incurie dans l’habitat, d'origine multiple et complexe, laisse les acteurs de terrain souvent démunis. Aussi en 2018, la Ville de Marseille et le Groupement de Coopération Sociale et Médico-Sociale (GCSMS) « Coordination Marseillaise en Santé Mentale et Habitat » (CMSMH) ont engagé une réflexion - action en lien avec les partenaires du réseau marseillais pour agir sur les situations d’incurie dans le logement à Marseille.

A l’issu de ces échanges, la création d’un service dédié à cette mission est apparue indispensable car les dispositifs d’accompagnement dans le logement existants  sont en nombre insuffisant, saturés, ou inadaptés à la prise en compte de situation d’incurie dans le logement.

Le dispositif Diogène Incurie a donc pu être initié fin 2019 grâce au soutien de l’ARS et à la mobilisation de la Ville de Marseille et des CH Edouard Toulouse et Valvert, avec pour objectif de proposer un accompagnement global aux personnes présentant des syndromes de Diogène et/ou des problématiques d’incurie sévère dans le logement à l’échelle du territoire de la ville de Marseille.

Cette nouvelle équipe pluridisciplinaire est opérationnelle depuis mars 2020 au titre d’une expérimentation de trois ans. Elle intervient au domicile des personnes souvent très isolées repérées par les partenaires du territoire ou via les signalements aux services d’hygiène de la Ville et de l’ARS.

Elle organise également, en lien avec les Compagnons Bâtisseurs, des formations à l’accompagnement des personnes présentant des syndromes de Diogène pour les professionnels du secteur sanitaire, médical et de l’habitat.

Contact  : cmsmh@cmsmh.fr - 07 64 43 44 37 (Cheffe de service) - CMSMH, 19 traverse de la Trevaresse – 13012 Marseille

Pour en savoir plus

Le profil - Un acteur

Reprendre le cours de la vie

Les Cellules d’Urgence Médico-Psychologique (CUMP) interviennent en urgence sur des évènements psycho traumatisants lors de catastrophes naturelles, accidents collectifs graves, attentats impliquant un grand nombre de victimes et/ou susceptibles d’entraîner d’importantes répercussions psychologiques en raison de leur nature. Cela permet de repérer et de soutenir les personnes confrontées à ces évènements, de limiter les syndromes de stress post-traumatique ou de symptômes psychiques tardifs par cette prise en charge précoce.

La CUMP des Bouches-du-Rhône est liée au Samu13. Elle fait partie du réseau des 39 CUMP réparties sur le territoire français. Outre son échelle d’intervention départementale avec les CUMP zonales, elle est également chargée de coordonner la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Elle est composée d’une équipe de 4 membres permanents à temps partiel (psychiatres, infirmière, psychologue). Le Dr Marion DUBOIS est référente régionale de la Cellule d’Urgence Médico-psychologique (CUMP 13) et responsable de l’Unité de consultation post-traumatique au sein du service de Psychiatrie du Dr ZENDJIDJIAN depuis mars 2020. La Cellule est renforcée de soignants  volontaires formés et aguerris aux traumas qui travaillent dans d’autres services hospitaliers.
La crise sanitaire mobilise particulièrement l’équipe qui apporte soutien psychologique aux familles en deuil et aux soignants.

L’équipe de la CUMP est amenée à intervenir lors de catastrophes naturelles, pour soutenir les personnes victimes de feux de forêts par exemple, fréquents dans la région. Elle est ainsi intervenue pour sécuriser psychologiquement des habitants et touristes atteints par des feux de forêt à Martigues : 1 000 hectares de forêt ont été détruits le long de la côte bleue, 1 800 pompiers sont intervenus durant la nuit de mardi 4 à mercredi 5 août, afin de maîtriser l'incendie qui a touché plusieurs communes. Au total, 2 700 personnes ont été évacuées, notamment par la mer. Des centaines de sinistrés s'étaient réfugiés sur les plages et dans un gymnase. La CUMP 13 est intervenue plus récemment dans la vallée de La Roya dévastée le 2 octobre 2020 suite au passage de la tempête Alex : près de 2000 habitants ont été coupés du monde, sans eau courante ni électricité, des maisons emportées par des torrents de boue, de nombreuses infrastructures détruites, 10 morts et 8 disparus. La CUMP 06 s’est d’abord mobilisée mais devant l’ampleur des dégâts matériels et humains, la CUMP 13 est intervenue pour jouer son rôle de coordination régionale avec des renforts issus des départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes, puis de la Corse, de Lyon et de Toulouse.

Le Dr Dubois et son équipe évaluent les besoins de soutien psychologiques des victimes dans l’urgence sur le terrain et les prend en charge en s’adaptant aux moyens. Des supports d’expression sont utilisés en appui pour leur permettre de verbaliser comme des dessins, surtout pour le plus jeunes. Un partenariat avec un magasin de jouets a permis de constituer des mallettes spécifiques pour les enfants. Des documents de psychoéducation, décrivant les symptômes qu’elles peuvent ressentir et contenant des contacts utiles, et des flyers, sont remis aux personnes prise en charge. Les personnes les plus atteintes sont enregistrées pour une consultation ultérieure à l’Unité de consultation post-traumatique. Suite à ces interventions, un retour d’expérience qualitatif et quantitatif est transmis à l’ARS et des séances de debriefing en post intervention sont organisées pour l’équipe et les volontaires.

 La CUMP13 est composée de 7 membres permanents : Mme Marie Pierre VALET (secrétaire), Mmes Céline NGUYEN-LAMOURI et Dominique LEMOINE (infirmières), Mmes Valérie GUYON et Violeta BOBOTAN (Psychologues), Dr Flavie DERYNCK et moi-même (psychiatres).

Contact : Dr. Marion DUBOIS, coordinatrice régionale et responsable départementale de Cellule d'Urgence Médico-Psychologique (CUMP13) :   CUMP13@ap-hm.fr  -  Tél :  (secrétariat)  04 91 43 50 47

Vidéo : "La CUMP : Cellule d'Urgence Médico-Psychologique", AP-HM, 2020-08-02, 2mn54

Document d'information sur le deuil - CUMP13

Document informations médicales et psychologiques - CUMP13

La rubrique méthodologique

Solastalgie, collapsologie, éco anxiété, détresse climatique : quelques éléments de définition

Ces expressions et néologismes (solastalgie, collapsologie, éco anxiété, détresse climatique...) correspondent à une prise de conscience des individus face à l’état de la planète qui les plonge dans un état d’anxiété plus ou moins intense. Si certains thérapeutes prennent très au sérieux cet état de détresse psychologique, d’autres le minimisent

Ce questionnement n’est pas récent : si l’éco-anxiété, théorisée par l’historien américain Theodore Roszak dès les années 1970, est une peur par anticipation et découle de ce qu’on imagine du futur impacté par le changement climatique, la solastalgie, néologisme créé par Glenn Albrecht en 2007, se vit au présent : il constate l’état de détresse psychologique des habitants de la Hunter Valley, en Australie, qui voient leur environnement bouleversé par l’implantation d’une industrie minière. Ce terme sera repris par le GIEC en 2014.

La collapsologie, elle, est «l’étude de l’effondrement de la civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder». Développée dans les années 2010 par l’Institut Momentum, elle est popularisée par Pablo Servigne et Raphaël Stevens depuis 2015.

SI le questionnement sur l’état de la planète est sain, encore faut-il pouvoir en faire quelque chose et de ne pas s’enfermer dans une attitude anxiogène qui fige et empêche d’agir.

Une enquête réalisée en 2019 par une psychothérapeute, Charline Schmerber, fait apparaître un réel besoin d’exprimer ce qui correspond à un large éventail d’émotions et de ressentis qui va au-delà de l’anxiété. L’éco-anxiété a un impact sur la mise en mouvement et sur la capacité d’action. Une re-connexion à la nature, dont font partie les êtres humains, semble alors la solution pour remédier à l’écoanxiété.

Glenn Albrecht  (voir la rubrique "Au fil des connaissances - le dossier thématique" propose lui de se tourner vers les “valeurs” et les émotions, dont le pouvoir incitatif semble plus puissant puisque les faits et les démonstrations de la communauté scientifique “n’influent ni sur l’opinion publique ni sur le comportement des gens”.

Le Dr Alice Desbiolles  ( voir la rubrique   "Le filon – un ouvrage" nous propose des clés pour passer résolument de la déploration à l’action et nous rappelle que face à la crise écologique, nous pouvons toujours prendre des décisions avisées.

Au fil des connaissances : dossier thématique

Syndrome de Diogène


Un collectionnisme singulier : le syndrome de Diogène

Après avoir exposé un cas clinique, cet article aborde l'historique du syndrome de Diogène, les aspects cliniques, étiopathogéniques et psychopathologiques,  et enfin, les questions éthiques soulevées devant la fréquence de refus d’aide de ces patients lors de leur prise en charge.

LEON V., RANNOU-DUBAS K., BARRE J. (et al.), Psychiatrie Angevine, 2003

Pour en savoir plus


Syndrome de Diogène ou syllogomanie : comment l'identifier et le traiter ?

Ce bref article donne des repères pour en ligne diagnostiquer le syndrome de Diogène et comment le prendre en charge.

Extrait de : NEVEUX Nicolas, Pratiquer la Thérapie Interpersonnelle (TIP). Paris : Dunod, 2017, 336 p.

Pour en savoir plus


Syndrome de Diogène : arrivée aux urgences, critères opérationnels, compréhension et accompagnement

Cet article apporte une éclairage sur le syndrome de Diogène : historique, critères ritères primaires et secondaires  permettant d'établir un diagnostic, partition en syndromes de Diogène primaires et syndromes de Diogène secondaires et mesures d'accompagnement. Il souligne que la mise en évidence d’une maladie est paradoxalement une chance car elle permet d’orienter les soins vers une filière adaptée, gériatrique ou psychiatrique. 

MONTFORT Jean-Claude, PEAN Isabelle, 7ème congrès de la société française de médecine d'urgence, 2013-06, 8 p.

Pour en savoir plus


Incurie dans l'habitat. Évaluation clinique, partenariats, modes d'intervention

Cette journée d'étude du 2 décembre 2014, tenue à Lyon. La matinée s’est consacrée à interroger l’incurie à domicile comme entité clinique et comme problématique sociale ou de santé publique, de manière à débattre sur la question de la légitimité des différents acteurs potentiellement appelés à intervenir dans ces situations. La discussion s’est articulée autour des manifestations de cette manière singulière d’occuper son logement et d’être en lien avec les autres, qui peuvent relever de catégories médicales, sociales, administratives…

Actes de la journée d’étude annuelle de l’ORSPERE-SAMDARRA, avec le soutien de la DGS, Orspere-Samdarra, 2014-12-02, 74 p.

Pour en savoir plus


Impact psychologique des catastrophes naturelles et industrielles


Francisca Espinoza : " Réduire le traumatisme "

Francisca Espinoza est psychologue clinicienne. Depuis plusieurs années, elle travaille sur la question du stress post-traumatique et sur la mémoire des catastrophes. Elle était intervenue en 2018, lors de la table ronde organisée par le SyAGE sur le risque inondation. Elle a accepté de répondre à nos questions autour d’une dimension qui n’est pas toujours suffisamment prise en compte : la souffrance psychologique des sinistrés et les moyens de réduire ce traumatisme.

FERRERO Jean-Baptiste, L’O du Syndicat mixte pour l’Assainissement et la Gestion des Eaux du bassin versant de l’Yerres (Syage), n°94, Hiver 2021, pp. 19-21

Pour en savoir plus


Addressing the Health Impacts of Climate Change: Meeting Mental Health and Psychosocial Support Needs

Susan Clayton, Professeur de psychologie Whitmore-Williams à l’Université de Wooster (Ohio, États-Unis), membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), présente les impacts du changement climatique sur la santé mentale.

CLAYTON Susan,  Santé et changements climatiques. Soigner une humanité à +2°C , Croix-Rouge française, Cannes, 15 avril 2019

Accédez au diaporama

Message de Susan Clayton


Conséquences psychologiques et état de stress post-traumatique chez les victimes de la tempête Xynthia

Les conséquences psychologiques de la tempête Xynthia sont toujours présentes sept ans après son passage et dominées par la détresse émotionnelle. Les intervenants de la santé doivent être sensibilisés aux conséquences psychologiques des catastrophes naturelles, même sur le long terme.

LAURINA Andrew, MURAT Camille Murat, BESCOND Yves (et al.), Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, vol. 176 n° 5, 2018-05, pp. 477-482

Pour en savoir plus (résumé)


Incendie Lubrizol et NL Logistique : premiers résultats sur l'impact de l'incendie industriel sur la santé

Santé publique France publie les premiers chiffres de participation à l’étude sur la santé et la qualité de vie après l’accident industriel survenu à Rouen le 26 septembre 2019 :  "Une étude à l'écoute de votre santé" Les premiers chiffres de participation à l'enquête ont été publiés en janvier 2021 Pour évaluer les conséquences psychologiques que l’incendie industriel a pu avoir sur la population exposée, un volet complémentaire a été ajouté au questionnaire principal de l’étude. Ce questionnaire sur la santé mentale (anxiété, dépression, stress post-traumatique) a été proposé aux personnes qui, ayant répondu au premier questionnaire, ont accepté de participer à une deuxième phase de l’étude.    Les analyses de ce volet santé mentale seront disponibles au premier trimestre 2022, et permettra d’évaluer précisément l’impact de l’accident sur l’anxiété, la dépression et le stress post-traumatique.

Santé publique France, 2021-07-05

Pour en savoir plus


Boîte à outils pour la surveillance post-sinistre des impacts sur la santé mentale

Cette boîte à outils a été développée pour rendre disponibles des outils permettant la surveillance adéquate et reproductible des impacts sur la santé mentale après un sinistre. Elle a été élaborée par des experts en santé mentale et en surveillance provenant de diverses institutions québécoises. Elle s’adresse principalement aux professionnels de santé publique ainsi qu’aux épidémiologistes, aux chercheurs et aux autres intervenants qui voudraient documenter les impacts sur la santé mentale post-sinistre avec des outils standardisés, évalués et disponibles gratuitement.

CANNUEL Magalie, Gosselin Pierre, DUHOUX Arnaud (et al.), INSPQ, 2019-02, 180 p.

Pour en savoir plus


Prévenir les traumatismes consécutifs à une inondation

Une enquête ethnographique a permis de questionner le vécu d'une inondation et ses  conséquences sur le plan  médical, notamment dans le domaine  de la santé mentale,  à travers les récits des sinistrés.

LANGUMIER Julien,  La Santé en action, n° 432, 2015-06, pp. 35-36

Pour en savoir plus


Bilan de la surveillance des conséquences psychologiques et sanitaires de la tempête Xynthia dans le sud-ouest de la Vendée en 2010

Le dimanche 28 février 2010, la tempête Xynthia touchait la France, entraînant un phénomène de submersion marine sur les départements de la Vendée et de la Charente-Maritime. Suite à cette catastrophe, la Cellule interrégionale d'épidémiologie des Pays de la Loire a évalué l'adéquation du dispositif de prise en charge des patients après le passage de la tempête Xynthia. Au total, passé l'intervention des CUMP, l'impact de la tempête sur le système de santé du Sud-Vendée a été modéré. Mais l'impact psychologique à long terme reste à évaluer par une étude épidémiologique en population.

OLLIVIER Ronan, LOURY Pascaline, HUBERT Bruno, InVS, 2011, 34 p.

Pour en savoir plus


Eco-anxiété et solastalgie



Glenn Albrecht et la solastalgie

Des lectures et des podcasts sur la solastalgie :


L'éco-anxiété: Interview de Véronique Lapaige

Interview de Véronique Lapaige, médecin-chercheur et enseignante en santé publique, santé mentale et santé environnementale, de l'Université Laval. Cette belgo-canadienne a été la première à développer le concept d'éco-anxieté, un mal-être identitaire de plus en plus répandu, et parfois pathologique, face aux bouleversements de la Planète. Cette interview a été réalisée en  juin 2020 : le Réseau IDée, en partenariat avec  Ecotopie , et avec la collaboration de  Point Culture , ont proposé aux professionnel·les de l’éducation à l'environnement 3 temps d’échanges et de partages à distance autour de l'éducation et des anxiétés liées aux crises sanitaires (et écologiques) que nous traversons.

GUERNUT Mathilde, BALEIGE Antoine, Réseau IDée asbl, 2020-06-22, 15mn08

Accédez à la vidéo


L'éco-anxiété nous guette, et ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle

Notre fonctionnement cérébral pourrait-il être à la fois le problème et la solution de la crise environnementale ? Cet article aborde les notions de collapsologie, de solastalgie, d'éco-anxiété  et estime que cette dernière peut constituer un bon levier de réaction individuelle et collective, en nous incitant à modifier nos comportements.

PELISSOLO Antoine,   The Conversation, n° 127, 2019-09-08

Accédez à l'article


Déprimé par la crise climatique ? Voici comment soigner l'éco-anxiété

L’éco-anxiété, déprime liée à la dégradation continue de l’environnement, touche de plus en plus de citoyens. Quelles solutions pour s’en sortir   ? Reporterre a posé la question à des psychologues et des éco-thérapeutes.

CHOLEZ Laury-Anne, Reporterre, 2019-12-04

Accédez à l'article en ligne

Le filon - Un ouvrage

L'éco-anxiété. Vivre sereinement dans un monde abîmé

Ces concepts d'éco-anxiété et de solastalgie font référence aux émotions et aux questionnements que provoque la destruction chronique de l'environnement. Cet ouvrage donne des clés pour décrypter les mécanismes psychologiques et socio-culturels qui sous-tendent l'éco-anxiété et amène à réfléchir à des solutions activables et concrètes.

DESBIOLLES Alice, Fayard, 2020, 233 p.

En prêt - Centre de ressources du CRES

Le fil rouge - Un site Internet

Centre national de ressources et de résilience (CN2R)

Créé depuis juillet 2019, le CN2R s’est constitué en groupement d’intérêt public (GIP) entre l’État, l’École nationale de la magistrature (ENM), le Centre national de recherche scientifique (CNRS) et les 2 établissements pilotes (CHU de Lille et AP-HP).   Ce centre est notamment destiné à consolider l’état des savoirs dans le champ des traumatismes psychologiques et à améliorer les modalités de prise en charge psychologiques.  Pour le Pr Thierry Baubet, référent scientifique du CN2R, cette fragilité concerne «  les victimes d’attentats, de catastrophes naturelles ou industrielles, de viols, de violences familiales  ». Mais aussi les «  situations de harcèlement scolaire ou professionnel, de migrations, de prises en charge d’enfants de retour de pays en guerre  ».  Le CN2R n’est pas un lieu de prise en charge des victimes. Par contre, il a vocation à faire connaître, stimuler et accompagner les initiatives locales au service des personnes exposées. L’une des premières actions est la réalisation d’une cartographie nationale s’appuyant sur les  centres régionaux du psychotraumatisme . Le site propose des ressources pour s'informer, s'orienter, propose aux établissements de santé (public ou privé) qui soignent des personnes souffrant de syndromes psychotraumatiques de participer (référencement, formation...) mais aussi aux  personnes ayant vécu l’épreuve de psychotraumatisme·s de participer à une communauté pour contribuer à l’amélioration des connaissances et des pratiques en combinant leurs savoirs expérientiels avec ceux des professionnels du CN2R.

Pour en savoir plus

Ce numéro du Fil-à-Fil a été réalisé avec les contributions d'Anne-Claire Bel (Compagnons Bâtisseurs), Marion Dubois (AP-HM), Emilie Coutret (Coordination Marseillaise Santé Mentale et Habitat), Karine Hadji-Binder, David Humbert et Carine Floch (ARS Provence-Alpes-Côte d'Azur), nous les en remercions.


Retrouvez plus de références en interrogeant Le Filon

Retrouvez plus d'actions en santé environnement dans Oscars

Tous les documents cités en référence peuvent être consultés ou empruntés au CRES PACA et au Cyprès.
Cet e-mail a été envoyé à [[EMAIL_TO]], cliquez ici pour vous désinscrire.

Rédaction et contacts

Gaëlle Lhours
CRES PACA
178 cours Lieutaud - 13006 Marseille
Tél. 04 91 36 56 95 (98)
www.cres-paca.org
www.bib-bop.org
gaelle.lhours@cres-paca.org
Accueil documentaire du lundi au vendredi
de 13h à 17h
et le matin sur rendez-vous

Elodie Paya
CYPRES
Siège : Route de la Vierge CS1 13698 Martigues Cedex
Tél. 04 42 13 01 02
www.cypres.org
epaya@cypres.org
Accueil documentaire du lundi au vendredi de 9h à 17h sans interruption