Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez sur ce lien .

N°27 - 15 janvier 2018

Campagne de prévention et promotion de la santé 2018

L'Agence régionale de santé PACA (ARS PACA) lance sa campagne de financement 2018 de prévention et promotion de la santé, organisée en 7 appels à projet :

  • Un appel à projets pour les 5 plans d’actions suivants :
  1. Enfants, adolescents, jeunes.
  2. Population générale.
  3. Personnes très démunies (PRAPS).
  4. Personnes vieillissantes, personnes en situation de handicap.
  5. Femmes enceintes, parents, petite enfance.
  • Un appel à projets spécifique à destination des structures d’exercice coordonné , pour le développement d’actions de prévention
  • Un appel à projets spécifiques pour les PASS.

Les demandes de financement doivent être uniquement adressées sur  ars-paca-prevention-campagne@ars.sante.fr  pour tous les  programmes jusqu'au 15 février 2018 compris.

Consultez l'appel à projets et les documents méthodologiques


Stratégie nationale de santé 2018-2022

La politique de santé est conduite dans le cadre d'une stratégie nationale de santé définie par le Gouvernement, qui détermine, de manière pluriannuelle, des domaines d'action prioritaires et des objectifs d'amélioration de la santé et de la protection sociale contre la maladie.
Le décret n° 2017-1866 du 29 décembre 2017 a pour objet de définir la stratégie nationale de santé pour la période 2018-2022.

Ministère des solidarités et de la santé, 2017-12, 54 p.

Décret n° 2017-1866 du 29 décembre 2017 portant définition de la stratégie nationale de santé pour la période 2018-2022, JORF n°0305, 2017-12-31

Consultez le document

Accédez au décret


Attention à la prise soutenue d'ibuprofène chez l'homme

Une étude récente menée par des chercheurs de l'Inserm montre que la prise soutenue d'ibuprofène induit chez de jeunes hommes sportifs un déséquilibre hormonal habituellement rencontré chez l'homme âgé et appelé « hypogonadisme compensé ». Cette situation résulte des effets négatifs de l'ibuprofène sur la production de testostérone, et sur la production de deux autres hormones testiculaires. Ces résultats sont publiés dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

Inserm, 2018-01-08

Voir le communiqué


Rappel sur le bon usage de l'ibuprofène

Après la publication d'une étude qui suggère des perturbations de la physiologie testiculaire, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) rappelle le bon usage de l'ibuprofène.

ANSM Point d'Information, 2018-01-10

Voir la publication

Parentalité

Exposition des femmes enceintes aux métaux et métalloïdes : publication des tomes 2 et 3

Santé publique France publie les tomes 2 et 3 du volet périnatal du programme national de biosurveillance sur l’imprégnation aux métaux et les recommandations. Ces données inédites analysent pour la première fois au niveau national l’exposition aux métaux et métalloïdes de plus de 4 000 femmes enceintes. Ces résultats complètent ceux du tome 1 concernant les polluants organiques. L’ensemble de ces résultats permettent d’obtenir pour la première fois des indicateurs nationaux fiables et pertinents de l’exposition aux substances chimiques sur une population particulièrement vulnérable aux effets potentiels des polluants. On constate que les sources d’imprégnation les plus courantes sont le tabac et l’alimentation et que, comparé aux autres pays, les femmes enceintes en France sont plus imprégnées au mercure et à l’arsenic. Cela pourrait en partie s’expliquer par une consommation plus importante de produits de la mer. En revanche, le plomb et le mercure sont mesurés à des niveaux moindres que ceux mesurés dans le passé en France et les niveaux d’imprégnation observés par les autres métaux sont du même ordre de grandeur que ceux observés dans des études antérieures.

Imprégnation des femmes enceintes par les polluants de l’environnement en France en 2011. Volet périnatal du programme national de biosurveillance. Tome 2 : métaux et métalloïdes, C. Dereumeaux, C. Fillol, A. Saoudi (et al.), Santé publique France, 2017-12, 225 p.

Imprégnation des femmes enceintes par les polluants de l’environnement en France en 2011. Volet périnatal du programme national de biosurveillance. Tome 3 : synthèse et conclusions, C. Dereumeaux, C. Fillol, A. Saoudi (et al.), Santé publique France, 2017-12, 58 p.

Consultez les tomes 2 et 3 des résultats


Connaissances et besoins des professionnels de santé de la périnatalité relatifs aux expositions aux toxiques environnementaux : enquête du réseau de périnatalité Méditerranée

Le Réseau Méditerranée , réseau de périnatalité Provence-Alpes-Côte d'Azur, Corse et Monaco a mené une enquête auprès des professionnels de la périnatalité et de la petite enfance afin d'explorer leurs représentations et pratiques concernant la santé environnementale : la majorité des professionnels possède des connaissances en santé environnementale mais ceux-ci n’ont pas toujours suffisamment confiance en ces connaissances pour pouvoir les transmettre à leurs patients. Outre le manque de connaissances, les professionnels sont parfois gênés par le fait qu’ils n’aient pas de solutions à proposer aux patients pour faire face aux risques auxquels ils sont exposés. Les professionnels interrogés se sentent concernés par les questions de santé environnementale et reconnaissent la nécessité d’en parler avec leurs patients. La majorité d’entre eux est intéressée par une formation à ce sujet. 

C'est pourquoi le Réseau leur propose un Certificat d’études universitaires (CEU) en santé environnementale dès février 2018 , afin qu’ils puissent devenir des relais dans la prévention et la prise en charge de la santé environnementale.

Réseau Méditerranée, ARS PACA, Région PACA, 2017-06, 121 p. et Poster résumant les résultats de l'enquête

Consultez les résultats de l'enquête

Nutrition

Diversification alimentaire : Quel est le bon moment pour l'enfant ?

Une étude publiée dans le Journal de l'Académie américaine de Nutrition et de Diététique indique que de nombreux parents commencent à nourrir leurs bébés d’aliments hors lait maternel, avant l’âge préconisé. Les recommandations sur le moment optimal d’introduction d'aliments complémentaires au lait maternel ou aux préparations fixent l'âge de 6 mois environ, et pas avant l’âge de 4 mois. Elle rappelle aux parents la nécessité d'introduire les aliments en temps voulu.

Santé log, 2018-01-10

Source: Timing of Introduction of Complementary Foods to US Infants, National Health and Nutrition Examination Survey 2009-2014, Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, 2018-01-04

Voir l'article

Voir le résumé de l'étude (anglais)

Santé et précarité

Pauvreté, précarités : l'enfant dans sa famille

Cette conférence de Geneviève Bergonnier-Dupuy a été donnée dans le cadre de la 9ème journée d'étude organisée par le Centre interdisciplinaire de Recherche Normand en Education et Formation ( CIRNEF), intitulée "L'enfant et les interventions socio-éducatives : transformations de la précarité". Geneviève Bergonnier-Dupuy présente les contextes de précarités au sein des familles auprès desquelles elle mène ses recherches mais aussi dans le secteur de protection de l'enfance. Quel vécu de l'enfant, quelle actualité de la recherche et quelles questions vives ?

La forge numérique - Canal-U, vidéo, 2017-12-06

Voir la vidéo


Quand la scolarisation à 2 ans n'a pas les effets attendus : des évaluations sur données françaises

La scolarisation précoce est souvent promue pour prévenir les difficultés et inégalités de réussite liées aux origines sociales. Pourtant, on sait peu de chose de son effet réel. Ce document en propose plusieurs évaluations. Les résultats ne permettent pas d’asseoir le bien-fondé de la préscolarisation mais alertent sur la nécessité de penser les conditions d’accueil des tout-petits pour que l’expérience scolaire leur profite.

France Stratégie, 2018-01-10, 58 pp.

Accédez au site


Poids à la naissance et origine sociale : qui sont les enfants les plus exposés au surpoids et à l'obésité ?

La corpulence d’un enfant est associée à son poids de naissance. Ainsi, les gros bébés (4 kilogrammes ou plus) sont plus nombreux que les nouveau-nés de petit poids (moins de 2,5 kilogrammes) à être en surcharge pondérale à l’âge de 5-6 ans (20 % contre 8 %).

Etudes et résultats, n° 1045, 2017-12, 6 p.

Lire l'article

Vaccination

11 vaccinations indispensables, obligatoires au 1er janvier 2018 : dossier de presse

La vaccination contre 11 maladies est obligatoire pour les enfants de moins de deux ans nés à partir du 1 er janvier 2018.

Ministère des Solidarités et de la Santé, 2018-01-05, 31 p.

Consultez le dossier de presse


11 vaccins obligatoires : des vidéos YouTube pour tout comprendre

Le ministère des Solidarités et de la Santé s’associe à Julien Ménielle, de la chaîne "Dans ton corps", et Bruce Benamran, de la chaîne "E-penser", pour décrypter les idées reçues sur les vaccins.

Consultez les vidéos


L'entretien motivationnel, une stratégie efficace pour diminuer l'hésitation à la vaccination

Cet atelier a été proposé le 5 décembre à Ville de Québec dans le cadre des Journées annuelles de santé publique (JASP). Il visait à examiner les bénéfices et les défis de l’utilisation de l’entretien motivationnel comme stratégie efficace de lutte contre l’hésitation à la vaccination, au travers d’expériences concrètes.

3 diaporamas sont disponibles en ligne :

Présentation

Anne Farrands, B.T.S. (biochimie), assistante de recherche et formatrice en entretien motivationnel, Centre de recherche, Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Danielle Pinsonneault, Ps. Éd., psychoéducatrice et formatrice en entretien motivationnel, Centre Jean-Patrice-Chiasson, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

L’hésitation à la vaccination

Ève Dubé, Ph. D., chercheuse, Direction des risques biologiques et de la santé au travail, Institut national de santé publique du Québec

Présentation des études sur l’utilisation de l’entretien motivationnel en promotion de la vaccination

Arnaud Gagneur, M.D., Ph. D., professeur agrégé, Département de pédiatrie, Université de Sherbrooke

Consultez le programme et les diaporamas présentés


Que dit la science à propos des 11 vaccins qui seront obligatoires en France en 2018 pour tous les enfants ? Note de l'Inserm

Dans le cadre de l’extension de l’obligation vaccinale qui prendra effet en 2018, la vaccination devient un débat d’opinion, souvent mal informée, alimenté par les arguments catastrophistes des lobbys anti-vaccins et le manque de formation du corps médical sur le sujet. Cette note de l’Inserm fait le point sur les connaissances scientifiques qui doivent sous-tendre une prise de décision rationnelle des pouvoirs publics.

Inserm, 2017-12, 8 p.

Consultez la note de l'Inserm


Nécessité des rappels vaccinaux chez l'enfant - Exigibilité des vaccinations en collectivité

Le Directeur général de la santé a saisi le 9 août 2017 la Haute autorité de santé (HAS) afin de déterminer la nécessité des rappels contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite aux âges de 6 ans et de 11-13 ans et les vaccinations exigibles à l'admission et au maintien en collectivité.

La HAS recommande :

  • De communiquer sur le caractère indispensable de l'ensemble des rappels contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, et la coqueluche aux âges de 6 ans et de 11-13 ans pour conférer une protection à long terme, en particulier si l’obligation des rappels contre la poliomyélite aux âges de 6 ans et de 11-13 ans devait disparaitre.

  • Toute admission en collectivité soit précédée, à l'instar des 3 valences déjà obligatoires (diphtérie, tétanos et poliomyélite), d’une vérification du statut vaccinal pour chacune des 11 valences concernées par l’extension de l’obligation (diphtérie, tétanos et poliomyélite, coqueluche, hépatite B, rougeole, oreillons, rubéole, méningocoque C, Haemophilius influenza B et pneumocoques) et figurant au calendrier vaccinal en fonction de son âge. Ainsi, sauf contre-indication médicale reconnue, toute vaccination requise en fonction de l'âge de l'enfant doit être au minimum débutée pour l'entrée en collectivités . Une fois la vaccination débutée, il est ensuite nécessaire de poursuivre l'immunisation selon le calendrier vaccinal en vigueur.

    Les doses exigibles supplémentaires n'ayant pas été réalisées avant l'entrée en collectivité sont à effectuer au plus tôt dans les suites de l'admission, en fonction de l'âge de l'enfant, de la date de la dernière dose reçue et du délai minimum entre les doses préconisé par le schéma de vaccination figurant au calendrier vaccinal.

    Dans les cas où des enfants n'auraient jamais été vaccinés avant l'entrée en collectivité et ce malgré l'obligation vaccinale, le calendrier vaccinal de rattrapage s'applique en fonction de l'âge de l'enfant.

    Pour les nourrissons admis en collectivité dans les 18 premiers mois de vie, leur maintien en collectivité au-delà de 18 mois requiert qu'ils aient reçu l'ensemble des doses de vaccins obligatoires, soit 3 doses de vaccins DTCaP, Hib, Hep B et pneumocoque ainsi que 2 doses de vaccins méningocoque C et ROR.

HAS, 2017-11-30, 24 p. (en ligne le 5 janvier 2018)

Consultez les recommandations de la HAS

Accidents de la vie courante

Mise à jour du guide pratique de dépistage et de prise en charge des expositions au plomb chez l'enfant mineur et la femme enceinte

Dans sa version mise à jour, ce guide, destiné aux professionnels de santé et acteurs du terrain, décrit les facteurs de risques et les signes cliniques devant conduire à la prescription par un médecin d’une plombémie chez un enfant de moins de 6 ans ou chez une femme enceinte. De plus, les modalités de prise en charge des enfants et des femmes enceintes ayant bénéficié d’une plombémie sont décrites (conduite à tenir en fonction des concentrations sanguine de plomb, suivi des plombémies, traitement médicamenteux, suivi du développement psychomoteur et cognitif de l’enfant, mesures diététiques, conduite à tenir pour l’allaitement, etc.). Ce document est composé de 19 fiches pratiques indépendantes et complémentaires. Deux questionnaires pour l’identification des facteurs de risques environnementaux ou d’exposition destinés à la femme enceinte ou à l’enfant sont proposés.

HCSP, 2017-10, 62 p. (mis en ligne le 2 janvier 2018)

Consultez le guide

Agenda

Conférence Nos tout petits de Nice

16 février 2018

Nice

Conférence organisée par le Réseau Périnatmed PACA, Corse, Monaco sur le thème : Sensibilisation & Echanges – Relation asymétrique parents-bébé-soignant : deuil périnatal

Voir le programme


Vive les santés sexuelles

15 au 18 mars 2018

Marseille

11es Assises Françaises de Sexologie et de Santé Sexuelle.

Voir le programme

CRES Paca

178, Cours Lieutaud - 13006 Marseille
Tél. 04 91 36 56 95

cres-paca@cres-paca.org - www.cres-paca.org

Accueil documentaire de 13 à 17h